Direction scientifique
Transfert de connaissances vers l'industrie

Nos Thèses par thème

Co-clustering pour séries temporelles

DM2I (LIST)

Laboratoire d'Analyse des Données et d'Intelligence des Systèmes

Datascience, statistiques, mathématiques appliqués

01-09-2019

SL-DRT-19-0704

aurore.lomet@cea.fr

La classification croisée (co-clustering) a pour objectif d'identifier la structure en blocs homogènes d'un tableau de données à partir d'une classification jointe des lignes et des colonnes. Pour ce faire, les lignes et les colonnes d'un tableau sont réorganisées simultanément pour découvrir la structure latente des données. Parmi les méthodes développées, l'approche probabiliste par modèles de blocs latents (LBM) utilise des variables latentes pour définir les appartenances aux classes en lignes et en colonnes. Dans le cadre de cette thèse, on s'intéresse à la classification croisée de signaux temporels. Ces données ont la particularité d'être ordonnées (suivant l'axe temporel). Cette notion d'ordre est à prendre en compte pour la construction et l'interprétation des classes. Pour ce faire une méthode présente dans la littérature consiste à considérer les signaux temporels comme des fonctions afin d'y appliquer un modèle de blocs latents après prétraitement des données ou son extension FunBlock. Une autre approche à développer pourrait coupler l'analyse du signal à la fouille de données. En effet, il serait intéressant de travailler sur une transformation des signaux pour en extraire des caractéristiques pertinentes. Le LBM ainsi que son algorithme d'optimisation (VEM, Variational Expectation Maximisation, ou SEM-Gibbs) pourront alors être adaptés si nécessaire. Il peut être envisagé de développer une méthode basée sur des matrices de distance entre signaux. Dans ces deux cas, les classes des instants de mesure obtenues sont ordonnées chronologiquement. On pourra alors étudier une classification qui autorise dans les mêmes blocs des plages d'instants (à définir) différents dans le but d'extraire des caractéristiques.

Système de perception 4D sémantique temps réel embarqué

Département Architectures Conception et Logiciels Embarqués (LIST-LETI)

Laboratoire Adéquation Algorithmes Architecture

Master recherche

01-12-2019

SL-DRT-19-0712

stephane.chevobbe@cea.fr

Avec le développement des systèmes autonomes les besoins en perception de l'environnement explosent dans les systèmes électroniques embarqués. Ces systèmes de perception intègrent une grande variété de capteurs et de fonctions d'analyse de scènes. Ils permettent de modéliser l'environnement proche en réalisant souvent une collection de fonctions spécifiques plus ou moins indépendantes (extraction de points 3D, détection d'objet, détection du plan du sol, etc.). L'objectif de cette thèse est de concevoir un système de perception, fusionnant et, confrontant temporellement des mesures de l'environnement proche, pour réaliser un modèle 3D compréhensible par des applications de plus haut niveau. Il pourra, par exemple, générer un maillage 3D d'une scène intégrant des informations sémantiques et dynamiques. Le domaine applicatif visé par cette thèse est la réalité étendue. Dans un premier temps, le candidat pourra constituer une chaîne applicative de référence s'exécutant sur un ordinateur de type PC en s'appuyant sur des algorithmes récents de l'état de l'art. Suite à cette étude, le candidat définira un système embarqué multi capteur et adaptera les méthodes algorithmiques afin de minimiser la consommation d'énergie et de garantir un latence d'exécution faible.

Ingénierie des contraintes pour la technologie FDSOI 12 nm et au-delà.

Département technologies silicium (LETI)

Laboratoire

Materials Science

01-09-2019

SL-DRT-19-0720

shay.reboh@cea.fr

L'ingénierie des contraintes est un outil majeur pour améliorer les performances des transistors. La contrainte de traction augmente la mobilité des électrons et la compression améliore la mobilité des trous. La mobilité des trous est également favorisée par l'utilisation du canal SiGe. Dans le FDSOI avancé, la co-intégration des canaux Si pour les canaux nMOS et SiGe pour les pMOS est réalisée par la transformation de la couche de Si supérieur en SiGe par condensation au Ge. Pour cela, une épitaxie d'un SiGe est effectuée sur une zone de Si sélectionnée. Au cours de l'oxydation thermique, les atomes de Ge sont rejetés dans la couche de Si sous-jacente. L'oxyde enterré (BOX) de la tranche SOI agit comme une barrière de diffusion pour Ge, le résultat est un substrat local SiGe-On-Insulator (SGOI). Le film de SiGe est obtenu en conservant le paramètre de réseau dans le plan de Si et se trouve donc sous une contrainte de compression biaxiale dans le plan de croissance. Aujourd'hui, la technique de condensation permet une co-intégration de transistors pMOS à base de SiGe à contrainte de compression et à base de Si. Le problème: lorsque le cSiGe fabriqué par Ge-condensation est arrêté pour la fabrication de la STI, une relaxation élastique locale de la contrainte de compression proche du bord de la STI est naturellement attendue. Cependant, les expériences montrent plus qu'une relaxation élastique sur une grande distance de la discontinuité STI, entraînant une perte significative de contrainte de compression dans la couche et, par conséquent, une contribution moindre à la performance des dispositifs. En résumé, les mécanismes physiques à l'origine de ce comportement sont inconnus aujourd'hui et ont un impact majeur sur la CMOS avancée. Ce travail a pour objectif de faire la lumière sur ce sujet et de proposer / développer des solutions technologiques.

Simulation et caractérisation électrique d'un CUBE logique/mémoire dédié au calcul dans la mémoire

Département Composants Silicium (LETI)

Laboratoire d'Intégration des Composants pour la Logique

Master2 ou ingénieur microelectronique, physique du solide, électronique

01-10-2019

SL-DRT-19-0747

francois.andrieu@cea.fr

Pour répondre à différents enjeux scientifiques et sociétaux, les circuits intégrés de demain doivent gagner en efficacité énergétique. Or, la majorité de leur énergie est aujourd'hui consommée par les transferts de données entre les blocs mémoire et logique dans des architectures circuit de type Von-Neumann. Une solution émergente et disruptive à ce problème consiste à rendre possible des calculs directement dans la mémoire (« In-Memory Computing »). Les nouvelles technologies de mémoires résistives non-volatiles et de transistors à nanofils de silicium développées au LETI et intégrées en 3D permettraient de proposer pour la première fois une solution technologique performante et viable à un calcul intensif dans la mémoire. Le LETI s'est vu attribué une bourse de recherche prestigieuse de l'European Research Council (ERC). Ce projet sera transverse: de l'application à l'implémentation technologique, en passant par le logiciel et le circuit. Le but est de créer des nano-fonctionnalités en mixant à très faible échelle des dispositifs logiques et mémoires à très grande densité et très grosses capacités. Un accélérateur circuit de In-Memory-Computing sera conçu et fabriqué au LETI, permettant d'améliorer les performances énergétique d'un facteur 20 par rapport à un circuit Von-Neumann de l'état de l'art. Cette technologie qui apporte de l'intelligence dans la mémoire devrait non seulement révolutionner les applications telles que l'Intelligence Artificielle, l'apprentissage machine, l'analyse de données mais pourrait aussi constituer le c?ur des futurs circuits intégrés de demain, visant la basse consommation ou la forte efficacité énergétique. La thèse proposée s'inscrit dans ce projet et vise a concevoir, simuler et caractériser un CUBE logique/mémoire dédié au "In-Memory-Computing".

Précipitateur électrohydrodynamique contre la pollution de l'air urbain

Département Microtechnologies pour la Biologie et la Santé (LETI)

Laboratoire Biologie et Architecture Microfluidiques

Ingénieur généraliste

01-10-2019

SL-DRT-19-0793

jean-maxime.roux@cea.fr

La pollution de l'air dans les cités est un problème croissant de santé publique mondial. Selon l'OMS, 9 personnes sur 10 sont exposées à des niveaux élevées de polluants. Environ 7 millions de personnes en meurent chaque année dans le monde et rien qu'en France près de 50 000 décès par an sont attribués à la pollution. Des mesures sont prises pour limiter de plus en plus les émissions mais il s'avère nécessaire de déployer en parallèle des moyens de dépollution de l'air. La thèse proposée consiste en la conception de systèmes de dépollution répartis formés de conduites verticales fixés sur les bâtiments dans lesquelles l'air pollué est aspiré et assaini de ses particules par un champ électrique forçant leur transfert vers une lame d'eau s'écoulant dans un canal descendant hélicoïdal interne à la conduite. Les performances du concept seront étudiées numériquement et expérimentalement en prenant en compte le délicat problème posé par la stabilité de l'interface eau/air dans le champ imposé.

Amélioration des performances en imagerie X et gamma par identification des paramètres de détecteur à semi-conducteur.

Département d'Optronique (LETI)

Laboratoire pour la Visualisation et l'Eclairage

Mathématique, Statistiques, Physique

01-10-2019

SL-DRT-19-0796

gmontemont@cea.fr

Le laboratoire d'accueil conçoit des systèmes d'imageries X et gamma appliqués à l'imagerie médicale ou au contrôle de bagages. Les détecteurs de rayonnement CdTe ou CdZnTe utilisés pour ces applications sont sensibles aux 5 paramètres physiques de l'interaction : énergie déposée E, instant d'interaction T et position XYZ. L'estimation de ces grandeurs se fait à partir des différents signaux électroniques mesurés. Ces détecteurs sont de plus en plus performants mais ils sont limités en particulier par les inhomogénéités de réponse dues à la variabilité physique des propriétés du matériau. Le but de cette thèse est de lever ces limitations grâce à une modélisation et caractérisation précise de la réponse réelle du détecteur. L'estimation des paramètres physiques propres aux détecteurs peut ainsi permettre une estimation optimisée du lieu, de l'instant et de l'énergie déposée lors de l'interaction du photon. L'étudiant(e) devra avoir une formation en mathématiques ou statistique ou physique et montrer un goût prononcé pour la recherche pluridisciplinaire.

61 (Page 6 sur 11)
first   previous  4 - 5 - 6 - 7 - 8  next   last
-->

Voir toutes nos offres