Direction scientifique
Transfert de connaissances vers l'industrie

Programme de stages

Etude des propriétés de déshydrogénation de borohydrures métalliques pour le stockage de l’hydrogène

LITEN/DTNM/SENCI/LMSE

Matériaux - Matériaux

Grenoble

Région Rhône-Alpes (38)

6 mois

Master

3374749

Les candidatures doivent être adressées par email et sous forme d'un CV et d'une lettre de motivation détaillant les compétences à :
CEA Grenoble

17 rue des martyrs
38054 Grenoble
e-mail : philippe.capron@cea.fr

Le Laboratoire d'Innovation pour les Technologies des Energies nouvelles et les Nanomatériaux (LITEN) du CEA de Grenoble est impliqué dans le développement de technologies d'avenir au service de la transition énergétique. Un des axes stratégiques du développement des énergies renouvelables repose sur les énergies décartonnées et notamment l'hydrogène. Dans ce cadre, nous travaillons sur des solutions de stockage de l'hydrogène. Les hydrures complexes tels que les borohydrures métalliques font partie des candidats potentiels étant donné leur capacité théorique en hydrogène très élevé (>10%). Dans ce cadre, Le laboratoire propose un stage dont le sujet consiste à étudier l'influence des doubles cations sur les propriétés de déshydrogénation de borohydrure métalliques de type XY(BH4)z. Du fait de la grande diversité de ces matériaux, le champ d'investigation sera réduit aux synthèses de borohydrures métalliques à base d'un métal de transition (titane ou manganèse) ou complexe en rajoutant un métal alcalin (lithium ou sodium).Le but du stage consistera donc d'une part à synthétiser des matériaux et à analyser leurs propriétés chimiques, physico-chimiques et thermiques. La première partie du stage sera dédiée à identifier les voies de synthèse par ball-milling ou métathèses de sels en voie liquide et à préparer les composés de façon fiable et reproductible. La deuxième partie sera consacrée à l'analyse des propriétés des matériaux : Analyse chimique (FTIR, RMN…) Analyse structurales et morphologiques (DRX, MEB, EDX…) Analyse thermique : ATG/DSC couplé MS Capacité massique en hydrogène : appareil de Sievert. Ce sujet de stage s'adresse à un étudiant en master 2 chimie ou matériau motivé par un travail expérimental de laboratoire alliant à la fois synthèses et caractérisations de matériaux. Il demande un goût prononcé pour la recherche et le développement. Une poursuite du travail au travers d'une thèse est envisagée avec l'intégration d'expérimentations in-situ et operando utilisant les grands instruments scientifiques autour de la diffusion des neutrons et de la diffraction des rayons X.Le travail de stage s'effectuera à Grenoble au sein du département des Technologies des Nano Matériaux. Le candidat sera amené à travailler avec différents entités du LITEN.

Réflectométrie pour le SHM de structures – étude de faisabilité

DACLE/SCCI/LFIC

Mathématiques - Mathématiques appliquées

Saclay

Région parisienne (91)

6 mois

Ingénieur/Master

3373833

Les candidatures doivent être adressées par email et sous forme d'un CV et d'une lettre de motivation détaillant les compétences à :
CEA Grenoble

17 rue des martyrs
38054 Grenoble
e-mail : jaume.benoit@cea.fr

Les méthodes par réflectométrie sont aujourd'hui bien introduites dans le diagnostic de réseaux filaires. Ces méthodes basées sur l'injection d'une forme d'onde et de la mesure de l'onde réfléchie permettent de détecter, caractériser et localiser un ou plusieurs défauts (franc ou non-franc). La réflectométrie n'a cependant été que très peu appliquée à des structures d'ordre supérieur (2D et 3D). Les méthodes par réflectométrie sont complexes à mettre en œuvre sur de tels systèmes faute d'une modélisation, même empirique, suffisamment représentative. Notamment pour répondre aux besoins de nos partenaires industriels, notre équipe développe actuellement cette thématique. Le sujet de stage consiste à apporter une preuve de faisabilité ou preuve de concept sur des cas simples. L'objectif est de parvenir à détecter un défaut structurel, de le localiser et idéalement de le caractériser. Dans un premier temps, ces travaux s'effectueront via de la modélisation et des simulations et seront suivis d'expérimentation. Par la suite le candidat se devra d'étudier les moyens d'améliorer la qualité et la fiabilité des résultats. Afin de mener à bien ces objectifs le candidat sera intégré au sein du Laboratoire de Fiabilité et Intégration Capteur (LFIC) du CEA LIST. Il effectuera ses travaux en collaboration avec une équipe leader de son domaine, dont les champs d'expertise couvrent les domaines de la réflectométrie et du traitement du signal. Le candidat devra savoir concilier recherche théorique et appliquée, montrer un intérêt pour l'innovation technologique, et avoir le gout du travail en équipe. Ces travaux pourront donner suite à une thèse selon les résultats obtenus et la motivation du candidat.

Développement d’une technologie d’interconnexion filaire

DTS/SMPV/LMPV

Matériaux - Matériaux

Grenoble

Région Rhône-Alpes (38)

6 mois

Ingénieur/Master

3372921

Les candidatures doivent être adressées par email et sous forme d'un CV et d'une lettre de motivation détaillant les compétences à :
CEA Grenoble

17 rue des martyrs
38054 Grenoble
e-mail : benjamin.commault@cea.fr

Le Laboratoire Modules Photovoltaïques silicium (LMPV) accompagne ses partenaires industriels dans le développement de modules innovants pour des applications spécifiques (forme, poids, intégration, performance, fiabilité) ou utilisant des technologies cellules de nouvelle génération.En particulier, le LMPV travaille sur les procédés d'interconnexion, le choix des matériaux, l'encapsulation, et le dimensionnement des modules (performances optiques et mécaniques principalement). L'objectif principal du stage sera de mettre au point un procédé d’interconnexion filaire de cellules photovoltaïques par collage. Il s'agira de réaliser des mini-modules avec une interconnexion filaire optimum (adhésion, résistance de contact, rendement cellule après interconnexion, etc). Pour cela plusieurs équipements seront disponibles afin d'optimiser le procédé. La fiabilité de l'interconnexion étant un élément clé, elle sera évaluée notamment à travers des tests de cyclage thermique. Le travail se fera sur la plate-forme technologique modules photovoltaïques du CEA à l'INES. Axes de travail : - Mettre au point un procédé d'interconnexion filaire par collage - Minimiser les pertes électriques lors de la mise en module (CTM) liées à l'étape d'interconnexion des cellules- Améliorer la fiabilité de l'interconnexion filaire à l'aide des tests de vieillissement accéléré (cyclage thermique, test de fatigue, etc).

Développement logiciel embarqué C / Bluetooth

Leti/DSIS/SIPP/LSTI

Informatique - Informatique

Grenoble

Région Rhône-Alpes (38)

6 mois

Ingénieur/Master

3372014

Les candidatures doivent être adressées par email et sous forme d'un CV et d'une lettre de motivation détaillant les compétences à :
CEA Grenoble

17 rue des martyrs
38054 Grenoble
e-mail : thomas.maurin@cea.fr

Cadre du stage :Le CEA/LETI opère le Programme Usages des technologies de Liaison et Soutien aux Entreprises (PULSE) de l'Institut de Recherche Technologique (IRT) Nanoelec. La mission de PULSE est d'aider les entreprises à développer des produits et des services pour les secteurs de la santé, de l'habitat et des nouveaux services urbains. PULSE développe une expertise dans la miniaturisation des objets communicants dédiés aux applications de santé connectée. L'enjeu est de faciliter la commercialisation de nouveaux outils pour permettre aux personnes de gérer leur capital santé et signaler les situations à risques. Les problématiques scientifiques auxquelles PULSE répond sont la fiabilité et la sûreté de fonctionnement, les sécurités des données et la conformité réglementaire, la connectivité garantissant une QoS même en environnement perturbé. PULSE conduit sur cette thématique Santé Connectée pour le compte de nos partenaires utilisateurs plusieurs projets mettant en œuvre la technologie BLUETOOTH associée à la fonction MCU. Cette brique technologique nécessite d'être adaptée aux besoins spécifiques de chaque mise en œuvre. Objectif du stage :Sur micro-contrôleur 8/32-b, mettre en œuvre un module Bluetooth avec une architecture logiciel portable et modulaire.- Développer un driver d'un module Bluetooth utilisant le jeu de commandes AT - Améliorer la portabilité du code embarqué, validation sur MCU STM32- Développer et valider le code embarqué à partir d'un jeu de tests de non-régression (automatisé ou semi-automatisé)- Application à une télécommande dédiée Silver Economie Le stagiaire fera partie intégrante de l'équipe PULSE au sein du laboratoire LSTI. A ce titre, il sera placé sous le tutorat de Thomas Maurin, Ingénieur Chercheur (LSTI, CEA).

Développement et caractérisation de procédés d'interconnexion de cellules photovoltaïques haut rendement

DTS/SMPV/LCPV

Electronique - Electricité - Electronique

Grenoble

Région Rhône-Alpes (38)

Ingénieur/Master

3372013

Les candidatures doivent être adressées par email et sous forme d'un CV et d'une lettre de motivation détaillant les compétences à :
CEA Grenoble

17 rue des martyrs
38054 Grenoble
e-mail : clement.weick@cea.fr

Lieu : CEA/LITEN/DTS/Service Modules PhotoVoltaïques/Laboratoire CPVINES (Institut National de l'Energie Solaire) - Savoie Technolac BP33250 avenue du Lac Léman- 73377 Le Bourget du lacines-solaire.orgliten.cea/CPV/ Contexte : Les technologies CPV (Concentrator Photovoltaics en anglais) utilisent des éléments optiques peu coûteux pour concentrer une grande quantité de lumière sur des cellules solaires de petites surfaces et à très haut rendement (typiquement 40%). Dans le Photovoltaïque non concentré (majoritairement Silicium), les cellules de grandes dimensions sont connectées électriquement par des rubans de cuivre qui sont soudés sur la face avant et sur la face arrière de la cellule. Pour les technologies CPV les cellules sont basées sur des matériaux semi-conducteurs III-V et ont des dimensions variant de 1mm à 1cm de côté. Etant donné la concentration du flux solaire, l'irradiance sur les cellules peut atteindre 1000 soleils dans certaines technologies. Une telle irradiance implique une génération de courant élevée sur une très petite surface. De plus, l'intensité du flux provoque un échauffement localisé au niveau de la cellule. C'est pourquoi les cellules sont intégrées dans un « récepteur CPV » à l'aide de procédés de fabrication issus de la microélectronique (brasage et wire-bonding). Le brasage permet une connexion de la face arrière sur un substrat conducteur lui-même assemblé sur un dissipateur thermique. La qualité de la brasure est prépondérante afin de ne pas endommager le récepteur (et donc la cellule) face à des densités de courant ou échauffements thermiques localisés trop élevées. Les types de défaut peuvent être des bulles d'air emprisonnées dans le joint ou bien des interfaces métalliques poreuses. En face avant, la connexion se fait par des fils d'or, d'aluminium ou de cuivre soudés par ultrason. De la même manière, il est important de veiller à l'interface au niveau des soudures ainsi qu'au dimensionnement de ces fils. Objectifs: Le travail proposé dans le cadre de ce stage consistera à participer au développement de procédés de brasage et de wire-bonding appliqués à des cellules solaires CPV. Plus largement, il sera question d'étudier les procédés d'interconnexion de cellules CPV et de caractériser les performances des récepteurs fabriqués. Ce stage comportera plusieurs étapes qui seront réalisées entre l'étudiant et les équipes du CEA, notamment :· Analyse bibliographique des procédés utilisés pour la connexion de cellules CPV à mettre en lien avec les procédés de la microélectronique· Réalisation de récepteurs CPV avec les procédés évoqués· Caractérisation des échantillons par différents moyens de mesure identifiés en analyse bibliographiqueo Electroluminescenceo Microscopie électroniqueo Coupe métallographiqueo Tests sous éclairement Contact :Clément Weick 04.79.79.29.71 clement.weick@cea.fr

Développement d'un système de mesure et d’analyse des défaillances d’un vérin sur tracker 2 axes

DTS/SMPV/LCPV

Informatique - Informatique industrielle

Grenoble

Région Rhône-Alpes (38)

6 mois

Ingénieur

3371120

Les candidatures doivent être adressées par email et sous forme d'un CV et d'une lettre de motivation détaillant les compétences à :
CEA Grenoble

17 rue des martyrs
38054 Grenoble
e-mail : yannick.roujol@cea.fr

Contexte : Un tracker solaire ou suiveur solaire est une installation de production d'énergie solaire qui permet d'orienter des panneaux solaires afin d'en augmenter la productivité. Son principe de fonctionnement est de s'orienter vers le soleil tout au long de la journée, ce qui a pour effet d'augmenter la production d’énergie de manière substantielle.Dans un pays à climat tempéré, l'augmentation de performance entre les panneaux fixes correctement orientés (orientés plein sud) et les trackers varie de 30% à 45% selon le tracker.Un tracker peut, en théorie, porter des modules solaires de n'importe quel type : modules photovoltaïques (PV) "classique", CPV (photovoltaïque concentré) ou CSP (thermique : Tour ou Stirling). Les principales caractéristiques différenciant les trackers sont les suivantes :· Le gain en production électrique (par rapport à des panneaux solaires fixes)· L'orientation mono ou multi axiale· La précision du positionnement vis-à-vis du soleil (type d'asservissement)· La robustesse (tenue au vent) et la fiabilité· Le coûtLes trackers pour le CPV (photovoltaïques à concentration) sont la plupart du temps des trackers deux axes. Ils suivent donc la course du soleil en élévation et en azimut avec une précision de suivi en dessous du 1° (qui est défini par la technologie de modules CPV montée)Le tracker doit assurer un bon alignement de modules face au soleil. En effet, en cas de désalignement, la production des modules CPV devient nulle. De plus, les trackers sont fortement sollicités. On leur demande en effet de supporter une grande masse et de la diriger avec précision vers le soleil dans des conditions souvent extrêmes de par les secteurs propices au CPV : gradient de température jour / nuit, présence de sable, milieux salins, … etc.Le suivi des trackers doit être très précis, cependant, leur précision peut être affectée par la température, le vent, la poussière, des mouvements de terrains ou lors l'usure mécanique des composants en mouvement. Souvent négligés, ces éléments sont aujourd'hui à l'origine de 70% des défaillances des centrales CPV (et du manque à produire). Sur les centrales déjà installées depuis plus de 3 ans, 50% seulement des trackers continuent à fonctionner correctement selon les cahiers des charges établis.La fiabilité et le diagnostic anticipé des défaillances (avant un désalignement engendrant une perte de production électrique) est donc un sujet d'importance majeure pour les trackers et pour le CPV. Objectifs:Le travail proposé dans le cadre de ce stage consistera à participer au développement d'un système de mesure pour l'analyse de défaillances d'un vérin d'un tracker 2-axes. Le système existant, utilisant un système d'acquisition CompactRIO de National Instruments (comprenant un FGPA et un processeur fonctionnant avec le système d'exploitation NI Linux Real-Time) et des accéléromètres triaxes, sera repris. A partir d'enregistrements sur les différents vérins équipant les trackers CPV, une méthode d'analyse des réponses vibratoires sera proposée permettant de détecter en temps réel les défauts des vérins. Une optimisation matérielle du système sera également proposée notamment pour le rendre autonome et robuste. Ce stage comportera plusieurs étapes qui seront réalisées entre l'étudiant et les équipes du CEA, notamment :· Compréhension de la problématique· Optimisation matérielle du système existant · Développement d'un logiciel embarqué et d'une interface homme-machine (NI LabVIEW)· Test et validation· Rédaction d'un rapport d'essais

148 (Page 4 sur 25)
first   previous  2 - 3 - 4 - 5 - 6  next   last
-->

Voir toutes nos offres