Direction scientifique
Transfert de connaissances vers l'industrie

Programme de stages

Physique >> Physique
3 proposition(s).

Caractérisation microstructurale d'inclusions dans les fils d'armures

DTNM/SEN/LR2N

Physique - Physique

Grenoble

Région Rhône-Alpes (38)

5 mois

Ingénieur/Master

3376617

Les candidatures doivent être adressées par email et sous forme d'un CV et d'une lettre de motivation détaillant les compétences à :
CEA Grenoble

17 rue des martyrs
38054 Grenoble
e-mail : romain.soulas@cea.fr

Les fils d'armures, utilisés dans des flexibles, sont fabriqués à partir d'acier hypo-eutectoïde et sont soumis à des problématiques liées à la corrosion (Hydrogen Induced Corrosion, Sulfide Stress Cracking et fatigue corrosion). Les études de ces fils réalisées au cours des années précédentes ont montré qu'ils possédaient un grand nombre d'inclusions. Ces inclusions sont de natures chimiques variées (Al2O3, Carbonate de fer, MnS, SiC, etc…). Leur répartition, taille et densité varient d'un fournisseur à un autre. Il a été démontré un lien direct entre la localisation, la taille et la densité de ces inclusions et la tenue en fatigue-corrosion des fils d'armures.L'objectif de ce stage est d'effectuer une comparaison quantitative des différentes inclusions (chimie, morphologie, taille et localisation). La comparaison sera effectuée sur différentes nuances de fils d'acier et différents fournisseurs. Le but étant de déterminer les facteurs clés influençant la tenue à la fatigue corrosion des fils d'armures.Pour ce faire, des moyens expérimentaux variés seront utilisés :· La microscopie optique et la microscopie électronique à balayage (MEB) pour cartographier la répartition des inclusions dans le fil (logiciel de cartographie Features de la société Bruker).· L'analyse par dispersion énergétique (EDX) pour établir un catalogue des inclusions en fonction de chaque fournisseur.Après une prise en main des équipements de caractérisation et de préparation d'échantillon, le stagiaire participera à l'acquisition des différents résultats permettant d'alimenter la base de données pour la comparaison des différents fils et fournisseurs. Cette comparaison avec les données techniques permettront d'établir des hypothèses quant au rôle des inclusions dans le phénomène de fatigue-corrosion. Profil :De formation Bac +5 (universitaire ou école d'ingénieur), le stagiaire devra posséder de bonne connaissance en métallurgie ainsi qu'un goût prononcé des techniques expérimentales. De plus, des qualités de rigueur, de curiosité et de synthèse seront attendues.

Modélisation atomistique des mécanismes moléculaires impliqués dans l’immunotoxicité des nanomatériaux carbonés.

LITEN/DTNM/SERE

Physique - Physique

Grenoble

Région Rhône-Alpes (38)

6 mois

Ingénieur/Master

3355867

Les candidatures doivent être adressées par email et sous forme d'un CV et d'une lettre de motivation détaillant les compétences à :
CEA Grenoble

17 rue des martyrs
38054 Grenoble
e-mail : natalio.mingo@cea.fr

Le stage proposé fait parti d'un projet collaboratif dont l'objectif est de déchiffrer les mécanismes moléculaires impliqués dans les réponses aiguës pouvant survenir lors d'une première infusion de nanoparticules chez les êtres humains. Le système du complément est un mécanisme de défense contre les éléments étrangers qui, mal contrôlé, peut déclencher des réactions aiguës, voire létales. Le C1q, protéine de reconnaissance de ce système, se fixe sur les nanotubes de carbone (NTC) multiparois. Néanmoins il n'y a pas d'activation d'une réponse aiguë dans ce cas, contrairement aux nanotubes dont la surface a été modifiée. Nous souhaitons pouvoir mieux comprendre les mécanismes moléculaires qui conditionnent l'activation du système du complément par ce système en étudiant différentes formes de NTC et nanodiamants (ND) dont les surfaces auront été modifiées. Pour mieux comprendre comment C1q peut interagir avec différentes nanoparticules, nous réaliserons des simulations de mécanique moléculaire de la fixation de gC1q sur des NTC et ND. Nous espérons explorer de cette manière les éléments structuraux qui gouvernent les différences d'interaction entre gC1q et certains NTC ou ND. Les différences d'énergie d'adsorption simulées seront corrélées aux résultats expérimentaux. Un modèle plus grossier à gros grain sera également développé afin de mieux comprendre les contraintes structurales permettant ou empêchant l'activation de C1 par des nanoparticules, ceci étant relié aux résultats des tests d'activation expérimentaux. Ce projet, à l'interface entre physique et biologie, est une collaboration entre l'Institut de Biologie Structurelle, qui nous apportera des données expérimentales, et le LITEN, qui accueillera le stagiaire pour ces activités de modélisation (http://www-liten.cea.fr/fr/activites_rd/mgt3.htm).

Réalisation d'images tomographiques à l'aide d'un détecteur spectrométrique

DTBS/STD/LDET

- Physique

Grenoble

Région Rhône-Alpes (38)

3 mois

Technicien supérieur

103-DUT

Les candidatures doivent être adressées par email et sous forme d'un CV et d'une lettre de motivation détaillant les compétences à :
CEA Grenoble

17 rue des martyrs
38054 Grenoble
e-mail : murielle.jurdit@cea.fr

Le laboratoire LDET du LETI/DTBS (Département micro-Technologies pour la Biologie et la Santé) a conçu et développé au cours des dernières années un détecteur à rayons X spectral, aujourd'hui produit et commercialisé par la société MULTIX. Ce détecteur, capable de mesurer l'énergie des photons X incidents, apporte une information beaucoup plus précise sur l'objet inspecté et permet une distinction accrue entre les matériaux impossible à atteindre avec les détecteurs traditionnels. L'objectif du stage est de produire une série d'images sur des objets caractéristiques permettant d'illustrer et de valoriser les possibilités de cette nouvelle technologie de détection. Le stagiaire aura à prendre en main le banc de mesure tomographique (équivalent des scanners médicaux), à réaliser les acquisitions expérimentales et à effectuer les reconstructions et traitements permettant de visualiser l'objet en 3D à l'aide de logiciels existants. Les objets à analyser seront définis avec l'encadrant en fonction de leurs caractéristiques physiques et de leur représentativité. En fonction des résultats, le stagiaire pourra proposer de faire évoluer ces objets pour améliorer la pertinence des images obtenues. Le stagiaire rédigera un rapport en indiquant en particulier les conditions expérimentales, les évolutions apportées aux objets et la qualité des images obtenues en réponse aux objectifs visés.

Voir toutes nos offres